Pièces d'échecs
Echallens chess club association créée en 1995  
18 décembre 2021

Championnat Suisse par Equipes

Echallens II monte en LNB

/media/article/CSE2021-promotionsLNB.jpg
Echallens II (à d. et f.)

Quelle rencontre ! Un scénario digne d’un thriller hitchockien, les challensois sont passés de tous les états pour clôturer une saison en beauté ! De la rigolade au repas au sérieux sur les échiquiers, du drame à la joie, des incertitudes aux angoisses et à l’explosion allégresse de la terrible réalité des échiquiers. L’équipe 2 d’Echallens est revenue de nulle part pour repartir avec une seule certitude : elle jouera l’année prochaine sa toute première saison en LNB !

ECH. BRUNTRUTAIN I (2048) - ECHALLENS II (2096) 3,0-3,0 (10,5-10,5) // 3,0-3,0 (8-13)
======================================================
STAUB Ludovic (2175) - VALLES Manuel (2341) X (0-1)
DESBOEUFS Michaël (2080) - AMBROSINI Nicola (2232) 0-1 (0-1)
HASSLER Franck (2165) - VESIN Jean-Robert (2232) 1-0 (1-0F)
RETTI Ivan (1999) - GRILLON Cédric (2046) 1-0 (1-0)
DESBOEUFS Alexandre (2005) - PHENG Wissam (1817) 0-1 (0-1)
COURTAT Youri (1865) - PAPAUX Steve (1907) X (1-0)

Les challensois avaient terminé leur saison à la troisième place du Groupe Ouest, et ils ont été repêchés pour disputer le match de promotion en LNB contre les premiers du Groupe Nord-Ouest, suite au retrait des bernois de Schwarz-Weiss II. Le capitaine challensois a accepté le défi et a pu compter sur la présence de ses trois meilleurs éléments : Manuel, Nicola et Jean-Robert. Le tout nouveau président du club, Cédric, Wissam et le junior Steve ont répondu présent à l’appel. C’est une très belle équipe qui s’est donc présentée à Porrentruy pour cette rencontre qui pourrait être historique pour le club : si elle gagnait, ce serait la première fois qu’elle disputerait la LNB, mais surtout, l’Echallens Chess Club pourrait se vanter d’être le seul club romand ayant une équipe en LNA et une en LNB ! Au niveau Suisse, seuls Riehen, Winterthur et Wollishofen auront l’année prochaine au moins un représentant dans chacune des deux ligues majeures.
Commençons par le début de la journée. Un temps splendide, avec un ciel dégagé, a accompagné nos quatre voitures qui prenaient la direction de l’Ajoie. La neige recouvrait tout le Jura, et des familles profitaient du beau temps pour chausser leurs skis de fond ou pour traîner leurs luges. Un véritable paysage de carte postale : des maisons aux toits recouverts d’une épaisse couche de neige, des arbres gelés d’où brillaient des merveilleuses feuilles de glaces. Si les challensois ont pu profiter du cadre jurassien, Jean-Robert a choisi de suivre le GPS : il a un peu pesté pour avoir passé par « Les Enfers » du Jura, où les routes portent bien le nom de leur commune. Mais, à la fin, tout le monde s’est retrouvé au café de la gare de Porrentruy, pour une petite agape avant de jouer dans la salle des séminaires derrière le restaurant. Après les formalités d’usage avec les joueurs et capitaine adverses, les parties ont commencé à 14h10. Les locaux, sans grande surprise, ont aligné leurs meilleurs éléments qui ont aussi disputé toute la saison régulière. Pour le capitaine Lindo, c’était aussi l’heure de la promenade, dans cette ville d’un peu plus de 6’000 habitants et qui est la troisième plus grande du Jura. En sortant du restaurant, et après avoir passé le pont qui traverse l’Allaine, on peut contempler à droite l’immense château du XIIIe siècle qui surplombe la ville. En continuant tout droit on arrive au centre ville avec ses routes de pavés cubiques. À chaque place il y a une fontaine, où au milieu de chaque bassin, émerge une colonne avec des images ou statues remémorant un événement historique de la ville. Près de l’une d’elles, se situait l’ancien local du club d’échecs, qui a été transformé par la commune en logements. Le club local n’a depuis plus de véritable adresse, allant entre le café de la gare et une salle dans une école mise à disposition les samedis pour l’école d’échecs. Cependant tout le matériel de jeu est encore gardé chez le président du club. Sinon, les guirlandes et décorations en centre ville faisaient rappeler que c’était la période des Fêtes, mais que quelques personnes bravaient le froid extérieur pour boire des verres de vin chaud, souvent assis avec des plaids couvrant leurs jambes. Retour au local de jeu pour suivre l’évolution des parties.
Manuel a opté pour une Anglaise symétrique, et son adversaire conservait un léger avantage après l’ouverture. Nicola joue une Rossolimo et obtient le jeu voulu dans sa variante. Jean-Robert tombe sur la Benoni symétrique, mais ne trouve pas comment activer ses pièces. Cédric joue la variante moderne de la Gambit Dame d’échange. Wissam joue contre l’Attaque Grand Prix sur sa Défense Sicilienne Dragon. Steve joue le Début de Londres. Après 1h de jeu, les positions sont très ouvertes. Cependant, les challensois semblaient s’embourber dans leurs positions. Cédric a sacrifié une Tour sur le roque adverse, Jean-Robert est très passif, Steve semble n’avoir rien tiré de l’ouverture. Manuel, Nicola et Wissam avaient des positions encore pas claires. Après 1h30, Steve tente le sacrifice de qualité spéculatif : en compensation il dispose d’une colonne ouverte sur le roque adverse et d’une bonne paire de Cavaliers prête à bondir et se sacrifier sur les pions devant le Roi. Après 2h30 de jeu, les challensois souffraient. Manuel donne un pion pour compliquer la position, Nicola a une position encore égale, Jean-Robert commence à se sentir étouffé derrière ses pions, Cédric et Steve tentent de trouver des compensations pour leurs sacrifices de matériel. Seul Wissam avait la tête hors de l’eau et obtient une position légèrement supérieure avec son pion avancé et sa bonne paire de Fous. Il finit par gagner une qualité. Après 3h, l’adversaire de Jean-Robert ne manque pas l’occasion de sacrifier une pièce et détruire la formation du challensois. Ce dernier a le choix entre perdre la qualité, une pièce ou laisser deux pions passés liés sur la septième rangée (1-0). Dix minutes après, Wissam menace de gagner en plus une pièce (1-1). Nicola gagne un pion, mais son adversaire avait prévu un échec intermédiaire pour placer son Fou pour un clouage qui gagnerait une pièce. Nicola laisse la pièce et lance sa Dame vers le Roi adverse. La position de Cédric semble se décanter. Le challensois ne semble pas avoir trouvé du crédit à son sacrifice … Par contre Steve a pu récupérer la qualité sacrifiée et entre en finale égale de Tour avec cinq pions chacun. Après 3h30, Cédric sort des complications avec une Tour et deux pions de moins (2-1). L’approche du premier contrôle de temps va être fatidique. Manuel a un pion de moins et a encore un peu moins de vingt coups à jouer qu’avec les 30 secondes de rajout. Sa position est très compliquée, et son adversaire a réussi à doubler ses Tours sur la colonne ouverte sur le Roi du challensois. Nicola, imperturbable, a une pièce de moins, mais la paire Dame et Cavalier met constamment en danger le Roi adverse. Steve joue très, trop passivement sa finale de Tour. Il a une position inférieure maintenant. Passé le premier contrôle de temps, des joueurs se lèvent pour respirer, tandis que leurs adversaires plongent de nouveau leurs mains dans les cheveux. Manuel a semble-t-il gaffé au dernier coup. Il oublie un échec adverse et doit malheureusement perdre une Tour pour éviter le mat. Nicola est en finale de Dames avec un excellent pion passé sur la septième rangée. Steve a donné un pion pour activer sa Tour. Incroyable ce qui va se passer sur les échiquiers : l’adversaire de Manuel réfléchit 25 minutes et se rend compte que s’il prend la Tour, il y a échec perpétuel ! Manuel propose nulle (2,5-1,5). Steve arrive a récupérer le pion de retard et entre en finale de Tour et pion du même côté (3-2). L’adversaire de Nicola, après avoir épuisé tous les échecs, ne peut plus empêcher la promotion du pion et abandonne (3-3). Les capitaines ont sorti le règlement : s’il y a égalité, ce sont les points d’échiquiers qui comptent : cela fait 10,5-10,5 ! Egalité de nouveau ! La règle veut alors qu’un match de départage en parties rapides de 10 minutes avec incrément de 10 secondes par coup, et couleur d’échiquier inversé, soit joué juste après les parties. Le capitaine challensois se rend compte trop tard d’avoir libéré Jean-Robert trop tôt. Celui-ci étant rentré chez lui, c’est forfait à son échiquier (1-0). Les parties de départage commencent déjà mal pour les challensois. Le coup d’envoi a été donné à 18h40. Si Manuel et Nicola commencent petit à petit à prendre l’avantage, sur les trois échiquiers restants c’est l’angoisse ! Steve perd une pièce dans l’ouverture. Cédric accepte un sacrifice d’un pion, mais les lignes sur son Roi au centre deviennent trop dangereuses. Wissam tente d’innover, mais se retrouve avec une très mauvaise structure de pions. Si Manuel (1-1) et Nicola (1-2) assurent leurs victoires, derrière ça semblait fini pour les challensois. Avec les victoires de Manuel et Nicola, il suffirait encore un point pour gagner la rencontre, mais Steve et Cédric ont une position perdante et Wissam est moins bien. Si Steve finit par capituler (2-2), Wissam profite d’une grosse erreur de son adversaire pour gagner deux pions et se créer deux pions liés. Il entre en finale de Tour et deux pions contre Tour ! Après 25 minutes de jeu, Wissam gagne (2-3) et Cédric abandonne (3-3). Les challensois gagnent cette fois aux points d’échiquier (8-13) et se verront l’année prochaine en LNB ! Félicitations à toute l’équipe et aux absents qui n’ont pas pu jouer cette finale mais qui ont contribué aux excellents résultats cette année !

Duratti Lindo